Présentéisme : une autre face de l'épuisement professionnel ?

Droit d'auteur: dolgachov / 123RF Banque d'images
Dépasser ses horaires en permanence, travailler le soir et le week-end,ne pas prendre ses congés, venir au travail même malade... autant de signes du présentéisme. La présence excessive au travail est un symptôme de dysfonctionnements qu'il faut apprendre à décrypter.
 
On connaissait l'absentéisme. Voici désormais le présentéisme. La succession des termes devient problématique : une cause chasse l'autre qui en génère une nouvelle, entretenant une sorte d'escalade, tandis que les mots se galvaudent.
Ce nouveau vocable, en l'occurrence, permet de qualifier la manifestation de dysfonctionnements dans l'entreprise. Il illustre des phénomènes que chacun comprend intuitivement. Ainsi, le présentéisme, même s'il renvoie à des acceptions différentes, évoque tantôt le burnt-out aux conséquences parfois dramatiques, tantôt des horaires à rallonge ou encore le fait de venir au travail malade, de témoigner de son engagement en restant tard le soir, pour montrer sa motivation ou de faire tout simplement acte de présence sans avoir la "tête au boulot"...
 
Des signes à identifier
 
Comment alors comprendre qu'on a affaire à du présentéisme dans l'entreprise et qu'il peut être le germe d'un malaise sur le contenu du travail ?
 
"Il existe des points de repère assez simples pour les managers : les heures supplémentaires systématiques, l'explosion des comptes épargne-temps et l'impossibilité des prendre des congés, des flux d'information (mails...) tard le soir ou le weeek-end... Cela est significatif d'une charge de travail excessive et de l'impossibilité de décrocher. L'utilisation des nouvelles technologies de communication facilite les échanges mais participe aussi à un brouillage entre les temps professionnel et personnel des salariés". (...)
 
Pour connaître l'ampleur du présentéisme , on peut recourir à des questionnaires et intégrer cette question aux baromètres utilisés par l'entreprise.
Ou recommander de fermer les portes à 18 heures, ne pas organiser de réunions à partir de 17 heures, couper le chauffage, réaliser des chartes d'utilisation de mails et de bonne conduite...
 
3 définitions qui coexistent
  • 1. Etre présent sur son lieu de travail mais de manière paradoxale, sans engagement, sans être complètement en possession de ses moyens : perte de concentration, perte de sesn, démission intérieure, retrait de la vie sociale de l'entreprise...
  • 2. Etre présent de manière excessive (dépassement d'horaires, travail hors de l'entreprise le soir et les week-ends) : surengagement et surinvestissement, perte des frontières travail/hors travail. Les cadres sont particulièrement touchés par cette forme de présentéisme.
  • 3. Etre présent en mauvaise santé de manière volontaire et assumée ou de manière involontaire : forme de surengagement, de crainte également de perdre son emploiou par solidarité avec les collègues qui pourraient se trouver avec une surcharge de travail du fait de l'absence.
 
Bon à savoir
Durée hebdomadaire du travail dans l'UE (en heures) pour les salariés à temps complet
Pour les salariés à temps complet, la durée habituelle hebdomadaire de temps de travail est en France l'une des plus faibles de l'Union européenne à 15 pays (39,5 contre 40,3 heures en moyenne).
Or elle est l'une des plus élevées pour les salariés à temps partiel alors que le taux de temps partiel y est relativement faible. Ainsi, pour l'ensemble des salariés, la durée habituelle hebdomadaire en France est supérieure à celle de l'Union européenne à 15 pays : 36,6 contre 35,6 heures.
  • France : 39,5h
  • Royaume-Uni : 42,2h
  • UE 15 : 40,3h
 
Sources : Dares analyses, juillet 2013
Extrait magazine Travail & changement mars 2014
 
 

Le SIST VO

Centre Médical d'Argenteuil

84 bis boulevard Héloïse
95100 Argenteuil

Tel : 01 39 96 83 00
Fax : 01 39 96 82 99

communication@sistvo.fr